La réfection du télescope de l’observatoire

L’observatoire de Saint-Renan disposait initialement d’un télescope de type Newton muni d’un miroir de 350 mm de diamètre.

Les membres de Pégase dans la coupole près du télescope dans l’observatoire de Kerzouar
Notre président Ronan PERROT dans la coupole de l’observatoire

Ce télescope a fait ses preuves pendant de nombreuses soirées organisées par le club Pégase de l’amicale laïque de Saint-Renan, mais ce miroir s’est dégradé au cours du temps nécessitant un nouveau polissage.

Suite à une réflexion au sein du club, plutôt que de le réhabiliter, il a été décidé de remplacer ce miroir de 350 mm par un miroir de 406 mm qui avait été acheté au préalable.

S’est alors posé le problème d’adaptation de ce miroir de diamètre supérieur, sur l’existant. La monture d’origine, surdimensionnée, n’a pas posé de souci particulier, comme le système de pointage, PicAstro qui a toujours été performant.

Seul le tube porteur du miroir s’est révélé inadapté.

Le nouveau tube allant accueillir le miroir de 406mm

Après de nombreuses discussions et calculs réalisés au sein du club, pour réduire le coût au maximum le choix s’est porté sur un tube en PVC renforcé de 15 mm d’épaisseur, de 500 mm de diamètre et de 2,15 m de longueur.

Le rapport focal sur diamètre résultant du télescope s’est retrouvé à 4,5.

Pour placer le miroir primaire de 406 mm dans le tube, un système de barillet maison a été utilisé en utilisant des vis de réglage et de blocage.

Vue d’ensemble du support du miroir primaire
Vis de réglage d’un des côté du miroir primaire

Le miroir secondaire quant à lui, a été fixé au tube grâce à une araignée à quatre branches et 4 trous disposés à 90° dans le tube en PVC.

Mise en place du miroir secondaire

Un autre trou réalisé avec une scie cloche a permis d’adapter le porte oculaire.

Début de mise en place du porte oculaire
Mise en place de la première vis du support de l’oculaire
Notre porte oculaire une fois mis place
Notre tube une fois dehors avec son oculaire

En posant simplement le tube verticalement sur le sol, des premières étoiles ont pu être focalisées et observées rapidement prouvant ainsi le bon ajustement des différentes pièces du télescope. Ce premier test a révélé le potentiel en résolution de l’instrument bien qu’une bonne collimation n’ait pas encore été effectuée. Pour éviter tout fléchissement, dû à la longueur du tube (~2 m) et à son poids (~95 Kg), une échelle en acier a été placée au niveau du tube en PVC.

Premiers essais en plein air

Dernière étape, la fixation du tube sur la monture. Ce travail c’est révélé délicat. Après quelques soudures et perçages, les fixations de la monture à fourche ont été modifiées pour accueillir le nouveau tube de 500 mm de diamètre. Des anneaux en contreplaqué marine munis de deux tiges filetées ont permis de fixer le tube à la monture. La portance a pu être adaptée à l’aide de l’échelle en acier placée sur le tube.

Echelle pour allonger la portance du télescope (côté gauche)
Echelle pour allonger la portance du télescope (côté droit)
Fixation de la fourche au support de serrage du tube
Système de serrage du tube

Première photos du système complètement monté.

Etape facultative avant de monter l’ensemble, le nettoyage des miroirs primaire et secondaire.

Nettoyage du miroir primaire

Le miroir principal a été nettoyé à l’aide d’une soucoupe pour plante, seul moyen trouvé pour assurer un nettoyage correct pour un tel diamètre de miroir.

Un peu d’eau chaude mélangée du produit vaisselle, et grâce à un passage successif sur le miroir avec du papier toilette, voici que les traces disparaissent comme par magie.

Ultime étape, faire couler de l’eau déminéralisé pour finaliser le nettoyage.